Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Église protestante unie de Pentemont-Luxembourg
Menu

Echos

Edito de la LPL n°50, par le pasteur Christian Baccuet (juin-août 2018)

J’aime l’écho, ce moment où un son se répercute sur une montagne et revient à moi. C’est pour moi une sensation unique, intense, étrange. Au-delà du ressenti, j’y vois une image de ce que nous vivons, pour le meilleur et pour le pire.

Commençons par le pire. Il y a trois problèmes avec un écho. Le premier, c’est qu’il me renvoie ma propre voix, ce qui est narcissiquement agréable mais m’enferme dans une absence de relation ; notre société développe cette fascination pour le « moi », pour le même, qui si souvent nous mène à la solitude. Le deuxième, c’est que l’écho déforme en partie le son, et c’est ainsi que l’on nomme une information approximative qui se transforme au fur et à mesure qu’elle se diffuse ; notre époque meurt de rumeurs, de fausses informations, de soupçon, et la parole ne porte plus la confiance nécessaire à toute vie en commun. Le troisième, c’est que le volume de l’écho va en diminuant jusqu’à s’éteindre ; ainsi en est-il parfois dans notre temps, quand la mémoire se perd et que, par là même, l’avenir s’évanouit.

Heureusement, et pour le meilleur, la foi est le contraire de la solitude, du mensonge et de l’instantané. L’image de l’écho résonne (!) ici d’une toute autre manière, dans un dialogue entre deux personnes qui se renvoient la parole en un échange vivant. Le dialogue avec Dieu est un vis-à-vis nécessaire pour vivre ; dans le regard de Dieu, je ne suis jamais seul. Sa Parole est une parole vraie sur moi et sur le monde, et en Christ je peux mettre ma confiance. Dans l’Esprit, sa présence ne va pas en s’amenuisant mais développe en moi des fruits de paix, de solidarité, de justice.

La parole qui sort de ma bouche ne revient pas vers moi sans résultat : elle réalise ce que je veux, elle accomplit la mission que je lui ai confiée. (Esaïe 55, 10-11).

Dans les pages qui suivent, vous trouverez une présentation des diverses offres de catéchèse. Savez-vous que dans « catéchisme » on trouve le mot « écho » ? L’étymologie de ce nom repose sur deux mots grecs. Le verbe ἠχέω (échéo) qui veut dire « résonner », « retentir » et a directement donné le mot « écho ». Et le préfixe κακατά (cata) qui veut dire « depuis », « contre », « selon », comme dans « catapulte » ; il indique qu’en catéchèse, ce qui retentit vient de Dieu et est adossé à lui, pour nous propulser plus loin. La catéchèse, c’est la résonnance en nous de la Parole de Dieu. C’est donc bien plus large qu’un enseignement pour les enfants ; c’est le sens de toute notre vie d’Église : qu’y retentisse l’Évangile et qu’y rebondissent la solidarité, la confiance et l’espérance qui, par nous, peuvent se démultiplier !

Ici prend sens pour moi cette belle parole de Dieu : « La pluie et la neige tombent du ciel. Elles n'y retournent pas sans produire un résultat : elles arrosent la terre, elles la rendent fertile et font pousser les graines. Ainsi, elles donnent des graines à semer et de la nourriture à manger. De la même façon, la parole qui sort de ma bouche ne revient pas vers moi sans résultat : elle réalise ce que je veux, elle accomplit la mission que je lui ai confiée. » (Esaïe 55, 10-11).

Puissions-nous chaque jour en percevoir l’écho au fond de nous, et le partager ensemble !

 

Pasteur Christian Baccuet

Mots-clés associés :