Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Église protestante unie de Pentemont-Luxembourg
Menu

Grandir dans la foi par la parole de l’autre

Grandir dans la foi par la parole de l'autre

L'édito de la LPL n°49, par le pasteur Andreas Lof (mars-mai 2018)

Dans le cadre de notre projet de vie (« les quatre soifs »), il y plusieurs initiatives qui ont vu le jour au sein de notre communauté ces deux dernières années : je pense aux rencontres des cultes « café-croissant » ou « Tout savoir, ou presque, sur le protestantisme », les moments de ressourcement avant Noël et Pâques (jeudis soirs), le parcours d’initiation chrétienne (Chemin d’Emmaüs) ou encore les groupes de maison. Certaines de ces propositions s’adressent à des personnes en recherche ou à des nouveaux venus, d’autres à toute personne qui a envie d’approfondir sa foi ou de se ressourcer spirituellement.

J’aimerais profiter de cet éditorial pour vous faire connaître un peu plus les groupes de maison qui sont aussi une nouveauté dans notre communauté. Actuellement deux groupes de maison se sont mis en place dans notre paroisse et nous espérons qu’ils vont se multiplier dans les années à venir.


Qu’est-ce qu’est un groupe de maison ?

Un groupe de maison se constitue d’une dizaine de paroissiens (minimum 6 et maximum 12) qui se retrouve régulièrement (par exemple une fois par mois) chez l’un ou l’autre membre du groupe pour vivre un temps de partage autour d’un texte de la Bible. Chacun et chacune est invité(e) à s’exprimer et partager en quoi le texte choisi le rejoint dans sa propre vie (de croyant, dans sa vie quotidienne, dans ses engagements…). Première règle à respecter : chacun accueille la parole de l’autre sans l’interrompre et sans jugement. Ce qui compte n’est pas de discuter, ni de commenter, ni de faire une étude du texte mais d’accueillir tout simplement comment le texte « résonne » dans la vie de chacun. Ceux qui ont expérimenté ce type de partage savent combien la parole de l’autre, reçue ainsi dans un climat de confiance avec comme principe de rester sur le niveau du vécu et de l’existentiel, et non des idées, vient enrichir et élargir notre foi et notre humanité. Partager ainsi crée aussi des liens profonds et fraternels entre les participants. Quelques règles sont à respecter pour cela : par exemple la confiance et la confidentialité (rien de ce qui est dit n’est répété ailleurs !), parler en « je », une fidélité au rendez- vous du groupe. Un responsable veillera au respect de ces règles et vit sa mission en lien avec le Conseil presbytéral et les pasteurs.

Sachez que d’autres paroisses de l’EPUdF expérimentent de tels groupes et que d’autres milieux chrétiens les pratiquent depuis longtemps (des évangéliques et des catholiques de spiritualité ignacienne notamment). Mais surtout, rappelons
comment l’Église des premiers siècles, avant le tournant de Constantin, vivait et grandissait (!) sous cette forme de groupes de maison. N’est-ce pas là un vrai retour aux sources : partager ensemble autour de la Parole de Dieu, pour faire le lien avec notre vie de tous les jours et pour vivre la fraternité chrétienne d’une manière tangible et concrète ? Si vous vous sentez concernés, n’hésitez pas à en parler à un de vos pasteurs ou à Jean Herr (membre du Conseil presbytéral).

Je termine avec cette parole (paraphrasée) de Dietrich Bonhoeffer dans un texte sur la déchristianisation de l’Occident : « Le christianisme renaîtra un jour de l’écoute de la Parole et de la fraternité et solidarité humaines ».

 

Andreas Lof.

 

Lire la LPL

 

Mots-clés associés : , ,