Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Église protestante unie de Pentemont-Luxembourg
Menu

Le grain de la Parole et notre croissance spirituelle

Prédications du dimanche 5 février 2017

Lectures :

  • Esaïe 55,  1-11
  • Marc 4, 1-9

 

Comme vous le savez bien je distribue régulièrement après le culte une feuille avec des textes bibliques pour chaque jour du mois.

Ces textes sont très courts – une ou deux phrases – bien que il y a toujours la référence pour lire le contexte plus large ou se trouve cette parole. Ce n’est pas moi qui a fait le choix de ces textes mais la communauté de Taizé –cette communauté œcuménique au rayonnement internationale située sur une colline en Bourgogne- où ils sont lue au cours de l’office du midi. Taizé distribue ces textes depuis 40 ans et vous pouvez les trouver sur leur site.

Si je distribue régulièrement ces feuilles avec une parole à méditer pour chaque jour,c’est pour nous inviter tous à trouver un moment dans notre quotidien pour lire, méditer, accueillir dans notre cœur une parole de Dieu, de la Parole de Dieu, comme un grain semée dans la terre de notre vie quotidienne. Pour offrir, pour ainsi dire, une porte d’entrée à Dieu pour entrer chaque jour dans notre vie.

Je pense (et j’ai fait l’expérience) qu’une une toute petite parole, d’une ou deux phrases, bien choisies suffit à cela, suffit à Dieu, si nous savons vraiment accueillir cette parole dans notre cœur, résonner dans notre vie quotidienne,, pour nous interpeller, consoler, féconder, transformer, irriguer et élargir, approfondir notre amour, notre confiance en Dieu, notre manière d’être et vivre dans la réalité de tous les jours.

Faire l’expérience – concrète – que Dieu me parle, que sa parole m’accompagne ainsi dans mon quotidien, c’est faire l’expérience que Dieu est bien là à mes côtés pour me soutenir. C’est faire l’expérience que sa parole est agissante, vivante et « me fait vivre ».

Cela nous le disons souvent comme protestants. Nous qui prétendons d’être des chrétiens très attachés à la parole, d’avoir une sorte de relation privilégiée avec la parole. Et parfois nos amis catholiques nous le renvoient ainsi avec leur admiration. Nous sommes fiers d’être des chrétiens de la parole, cette Parole de Dieu qui nous fait vivre…

Mais… mais… mon expérience de pasteur m’a appris que beaucoup de protestants lisent rarement leur bible. Beaucoup attendent le culte ou l’étude biblique pour se confronter au texte. Dans leur vie quotidienne c’est beaucoup plus rare ! Bien que -Dieu merci - il y a des belles exceptions aussi parmi les protestants !

Parfois le protestant connaît bien sa bible et il a parfois de bonnes connaissances pour interpréter certaines textes. Mais cela ne veut pas encore dire que face aux textes il se dit « Qu’est-ce que Dieu veut me dire, là, aujourd’hui, maintenant ? ». Notre approche de la Bible est souvent assez intellectuelle. Elle est plus rarement existentielle : il est pour nous plus facile de dire : que veut Dieu nous dire dans ce texte ? que de dire Que veut Dieu me dire, ici, à moi aujourd’hui ?

Pourtant, c’est cette question-là qui permet à Dieu de me rejoindre par Sa Parole, de me rejoindre aujourd’hui et de me manifester qu’Il est là, avec moi, à côté de moi.

Et c’est cela que nous avons besoin de découvrir. Beaucoup entre nous s’interrogent : comment savoir si Dieu est là ; comment connaître sa présence dans ma vie ? Comment entrer en relation avec lui ? Je le sais bien : prier, si déjà j’arrive à prier…est difficile et parfois bien frustrante ! Parfois…souvent, notre prière semble plus l’expérience de l’absence d Dieu que de sa présence. En plus nous vivons dans une culture qui a banni Dieu de son horizon, qui pense pouvoir tout expliquer, tout organiser, tout maîtriser….pas besoin de Dieu…un monde fermé sur nous-même.

Comment Dieu se rend présent à nous aujourd’hui ?

D’abord par sa parole. Depuis Abraham il est un Dieu qui met l’homme en route par une parole, qui l’appelle par une parole. Parole reçue et entendue dans le cœur de l’homme, d’une manière toujours mystérieuse et spirituelle. Cette parole a mis en route tant d’hommes et de femmes…..Cette parole est devenue parole écrite. Mais cette parole écrite contient l’expérience de Dieu, l’Esprit de Dieu, et cette parole écrite devient une Parole vivante quand l’Esprit la dépose dans notre cœur ; quand l’esprit de Dieu la rend vivante dans notre cœur.

Il a de parole de vie pour chacun de nous. A nous d’entendre, d’accueillir, d’accueillir vraiment ce que Dieu nous donne chaque jour dans sa parole. Pour nous faire grandir, nous transformer et porter du fruit en nous.

N’est ce pas là tout le sens de la parabole de Jésus que nous avons entendu : le grain semé dans le champ de nos vies pour y porter du fruit ? Oui ! Ce ne donc pas un beau discours du pasteur…c’est Jésus lui-même qui parle ainsi de Dieu qui veut féconder nos vies par sa parole. C’est jésus lui-même qui nous exhorte, nous invite, nous pousse à accueillir la parole de Dieu comme un grain qui veut de l’intérieur de nos vies, grandir et grandir encore et porter du fruit.

Cette parabole nous les connaissons tous, je pense. C’est une des paraboles la plus connue des évangiles qui se retrouve chez Marc Luc et Mathieu, sous une forme différente chez Jean et dans l’Evangile de Thomas, évangile apocryphe égyptienne proche des évangiles. Plusieurs petites paraboles sur le grain par ex celle de la graine de moutarde qui devient un arbre y sont étroitement liées. Pour Marc c’est la parabole de Jésus qui fait comprendre les autres paraboles et il la place au début du ministère de Jésus.

Voilà plusieurs raisons qui donnent du poids à cette parabole.

Pourquoi ? Parce que dans cette parabole Jésus dit comment le Royaume grandit au milieu de nous, oui en nous : par la parole divine, donnée et reçue qui féconde notre vie. Et Jésus est le messager de cette parole, il distribue, il sème cette parole en abondance pour qu’elle porte du fruit là où elle est réellement reçue.

Et la première attitude à avoir devant une parole donnée et de écouter. C’est bien cela le cœur de la foi d’Israël qui s’exprime dans sa confession de foi, prié chaque jour par tout juif pieux, hier comme aujourd’hui « Ecoute Israël, Ton Dieu est un ». Ecoute la parole qui te vient d’un autre, avec un grand A et qui t’ouvre à plus grand que toi, à un avenir plus ouvert, à un horizon, un horizon ouvert à l’infini de Dieu, à Son Royaume, à Son Amour sans limite.

Et Jésus de comparer cette parole à une petite graine. Une petite graine est en effet tout petite aux yeux de l’homme.
Mais nous dit Jésus : quelle potentialité de vie est cachée dans une petite graine !Potentialité cachée mais qui est destinée à s’éclore, à se transformer et grandir, à devenir plante et ensuite se multiplier et ainsi porter du fruit. Jésus fait, bien sûr, allusion au mystère de la croissance de la parole de Dieu en nous, si nous l’accueillons vraiment, même si au début la réalité nous semble si petite et si fragile. 
Pour Jésus la parole de Dieu même petite, contenue en quelque phrases, une seule phrase, a cette capacité énorme, mystérieuse de créer en nous une croissance, une croissance spirituelle, une croissance de Dieu en nous, si… si cette parole tombe vraiment dans notre cœur, dans la bonne terre. Pour que cette parole puisse germer, dans le temps, parfois sans savoir comment comme dit une autre parabole, pour faire grandir en nous de fruits, pour féconder notre vie, la rendre plus libre et plus aimante, plus généreuse et plus joyeuse.

Et cela dans un mouvement qui va de l’intérieure vers l’extérieur, de l’invisible vers le visible, du solitaire vers le multiple, du tout petit vers quelque chose de grand et de beau. Ainsi vient le Royaume de Dieu en nous dit Jésus et tout commence par une parole reçue, même toute petite.

Justement, ce qu’il faut aussi saisir, entendre, comprendre à tout prix est ceci : la parabole insiste qu’il y a beaucoup de pertes : des grains qui tombent sur le rocher, qui sont mangées par les oiseaux, qui deviennent petites pousse mais sans beaucoup de racines sont brulés par le soleil du Sud, d’autres deviennent de petites plantes mais l’herbe sauvages les étouffent.

A chacun de nous de s’interroger, sérieusement, je me situe où dans ma manière d’écouter, d’accueillir la parole de Dieu dans ma vie ? Ah…Seigneur tu le sais : il y a des jours où je suis rocher, rien pénètre, des jours où il y des distractions multiples, des oiseaux et tout est enlevés de mon cœur, il y des jours que j’ai compris un peu ta volonté mais le quotidien prend vite la dessus, des lundi ou dimanche après midi, parfois ma foi a pris forme en moi, comme un bel élan, mais il y a tellement de choses dans le monde qui étouffent cet élan….et il y a quelques moments de ma vie, des jours, que Ta parole me touche vraiment, transforme quelque chose en moi, m’ouvre davantage aux autres, m’ouvre à une confiance plus grande, une espérance plus grande…

Parlons encore un instant de cette perte que Dieu se permet quand il s’agit de notre écoute de sa Parole. Je le sais bien par ma propre expérience : en lisant chaque jour une petite parole, cela ne me parle pas toujours et parfois je ne sais pas qu’en penser ou comment faire un lien avec ma vie. Et cela peut arriver plusieurs jours de suite. Mais je sais aussi que le cinquième ou septième jour cela peut tout à coup me rejoindre, me parler, me consoler ou m’interpeller et là j’ai l’impression que cette parole devient vivante, que Dieu me parle, qu’il a des choses à me dire…

Ne nous culpabilisons donc pas trop ou pas du tout ! Dieu nous connaît et il a inclut d’avance de perdre beaucoup de graine pour voir fructifier quelques graines, qui portent beaucoup de fruit. Ne nous décourageons pas quand tout la semaine sa parole ne me parle pas…continue chaque jour, la semaine prochaine il y a une parole pour vous, c’est sûr ! Et elle vous fera du bien, vous ferez l’expérience que Dieu vous parle. Peut-être ce jour-là Sa parole soit vraiment une lumière sur votre route, une parole qui console, qui libère peut être, qui fait grandir votre foi, votre amour , votre espérance pour vous-même ou pour les autres.

Mais ne laissez pas tomber... ou plutôt recommencez, recommencez toujours, quand vous avez oublié ou laissé tomber quelques jours, ou quelques semaines. Dans la vie spirituelle il faut toujours recommencer.

Pas de vie spirituelle sans un peu, ou beaucoup de persévérance, sans la confiance que les efforts seront compensés. Comme un sportif, comme un musicien…rien se fait sans entraînement, sans persévérance…sans volonté, sans désir…c’est vrai aussi pour la vie spirituelle.

Il faut terminer.
Je crois que Dieu se rend présent à nous de mille manières – nous sommes trop aveugles pour le voir et des hommes et femmes de peu de foi, comme dit Jésus, pour le saisir et le voir ou le croire. Dieu se manifeste à nous par des évènements, des personnes, par son esprit en nous, par des intuitions du cœur, par la nature, dans le silence, le visage d’un enfant, par la communauté des frères et de sœurs ou le pain et le vin, le chant et la prière, la musique et la poésie… tout cela Dieu peut l’utiliser pour parler à notre cœur…

Mais Dieu se rend d’abord présent à nous et ensuite en nous par Sa Parole, sa Voix Vivante, contenue et cachée dans l’Ecriture. Dieu a choisi ce chemin vers nous, et nous ne savons pas pourquoi. Ce que nous savons c’est que Dieu, le Dieu de la Bible, veut entrer en relation avec nous, Lui l’Eternel invisible à nos yeux, mais audible à notre cœur par une parole nous adressée. Cette parole ne résonne pas dans le passé mais dans le présent, pour vous, pour moi, pour chacun de nous.

Dieu n’est jamais un Dieu du passé. Dieu est l’ Eternel présent. Dieu est nouveauté plus que toute autre nouveauté dans notre vie.

Ce sont des petites graines, semées dans la terre de notre vie, souvent avec beaucoup de pertes, mais là où un cœur humain l’accueille vraiment elle portera beaucoup de fruit.

Parole, parabole de Jésus !

AMEN