Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/clients/08b2940cb220813cf95a4dd05d720110/web/config/ecran_securite.php on line 283
Déclaration de Foi - Eglise protestante unie de Pentemont-Luxembourg
fond erpl

Déclaration de Foi

Une nouvelle déclaration de foi, pour quoi ?

Le Synode national de L’Eglise protestante unie de France adoptera une nouvelle déclaration de foi au synode national le 28 mai 2017. Entre temps une réflexion préparatoire a eu lieu dans les Eglises locales pour transmettre un avis pour les synodes régionaux en 2016.

Chacun a été invité à y apporter sa contribution, soit lors de "trimestrielles" (temps de partage à la fin des cultes), soit lors de groupes de travail, soit par écrit auprès des membres du conseil presbytéral ou des pasteurs.

Notre église désormais réunie a besoin de rendre compte publiquement de sa foi à la fois pour parler au monde et dire ce qui nous rassemble (le contrat fondateur comme en 1938 cf ci-après). Rendre compte de sa foi a toujours été l’une des exigences constitutives de la réforme. C’est la raison pour laquelle, sans jamais prétendre se surajouter à l’écriture, les confessions de foi (appelés parfois catéchisme) ont toujours eu une importance dans la vie de nos églises.

Nous sommes les héritiers d’une longue histoire qui, comme nous le rappelle André Gounelle, a commencé bien avant le XVIème siècle. La référence, dans la déclaration de 1938, au symbole dit des apôtres, aux symboles œcuméniques (c’est-à-dire ceux de Nicée et de Constantinople et d’Athanase rédigés au cinquième siècle) le montre bien. Depuis de nombreux textes ont été adoptés par les protestants : la confession d’Augsbourg (1530) qui reste le document de confession obligatoire pour chaque Église Luthérienne [1], la confession de foi des églises réformées de France dite de La Rochelle (1559), le catéchisme de Heidelberg (1563), la confession Helvétique postérieure (1566), les canons du synode de Dordrecht (1619) et la déclaration de foi de l’église réformée de France de 1938. Après avoir échoué en 1872, les églises réformées se sont réunies en 1938 pour constituer l’église réformée de France et adopter une déclaration de foi qui constitue encore à ce jour son contrat fondateur c’est à dire, selon André Gounelle, « un pacte par lequel les différents acteurs de l’unification se sont engagés les uns à l’égard des autres ».

Ces textes sont des « expressions successives de la foi chrétienne ». Ils ont servi à leur époque à dire la foi des protestants à leurs contemporains. Ils n’ont aucune valeur absolue mais nous pouvons nous en inspirer pour exprimer notre foi au monde d’aujourd’hui. Il s’agit d’adapter nos énoncés ou d’en inventer de nouveaux et non de répéter purement et simplement les anciens alors que le contexte n’est plus le même. Comme le rappelle le préambule de la déclaration de 1938 il ne faut pas « s’attacher à la lettre de ses formules, mais proclamer le message de salut qu’elles expriment ».

Pour notre église, une déclaration de foi remplit deux fonctions essentielles :

« D’abord, elle indique pour ceux qui ont la responsabilité de prêcher et d’enseigner les principes qu’ils doivent respecter ; elle leur donne des orientations et des règles. Ensuite, elle présente les convictions essentielles de l’Église Réformée de France, elle en exprime l’identité spirituelle, religieuse et théologique. Elle est en quelque sorte une "carte de visite" qui dit ce que pensent et croient les réformés. Il n’est pas question de donner une autorité excessive à la Déclaration de foi. Elle n’est ni absolue, ni intangible. Elle indique la manière dont aujourd’hui, en France, les Réformés formulent leur foi, en sachant que le message évangélique déborde et dépasse toutes les formules, que dans des situations différentes, la foi devra se dire autrement, et que les textes ecclésiastiques sont toujours révisables et amendables. La Déclaration de foi a, cependant une autorité réelle, car c’est autour d’elle que la grande majorité des réformés français se rassemblent ; elle régule leur vie ecclésiale. »

Le travail dans lequel nous nous sommes engagés a donc deux enjeux :

  • Le premier, le plus crucial, est d’élaborer une parole qui signifie quelque chose pour le monde d’aujourd’hui. Comme Luther en 1517, il s’agit de nous adresser au monde tel qu’il est aujourd’hui où la croissance de la production et de la consommation constituent le salut et la seule espérance, un monde de plus en plus inégalitaire insensible à l’accueil des plus pauvres, des plus démunis tant au plan matériel que spirituel, un monde enfin qui n’est plus réceptif au message de Jésus dans les formes dans lesquelles il est exprimé jusqu’à présent. Comment dire aujourd’hui le Dieu auquel nous croyons pour être « entendu ».
  • Le second est de rédiger un texte qui rassemblera les différentes communautés de l’église protestante unie et qui leur permettra, comme l’a fait le texte de 1938, de travailler et de vivre durablement ensemble. Une déclaration de foi n’a pas vocation à trancher tous nos débats mais à dire ce qui nous rassemble, ce à quoi nous croyons et qui nous réunit en église.

Pierre Lepetit (pour la Commission Déclaration de foi composée d’Annette Preyer, le pasteur Jean-Paul-Morley et Pierre Lepetit)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Confession de Foi du pasteur Andréas Lof

Confession (d’un parcours) de foi.

Cette confession de foi a été prononcée lors du culte d’accueil de mon ministère comme nouveau pasteur dans la paroisse protestante de Pentemont-Luxembourg, à Paris, le 11 octobre 2015.
J’y exprime mes convictions théologiques telles qu’elles ont pris vie et pensée en moi au fil des années, mais sous forme d’une relecture et d’un témoignage de mon cheminement avec Dieu ou plutôt du cheminement de Dieu avec moi.
Je pense – j’ai la confiance- que cette confession de foi est fidèle à l’Evangile de Jésus Christ et à la foi de l’Eglise universelle.
Cette confession de foi sous forme de témoignage veut s’inscrire dans le désir et le projet de mon Eglise Protestante Unie de France d’oser et de favoriser le témoignage de notre foi à travers des chemins nouveaux et des expressions nouvelles, dans ce début du XXI siècle.
Le pasteur Andreas LOF

1. Le nom de Dieu et de Jésus Christ sont entrés dans ma vie en priant la prière du soir avec ma mère.
Ces mots simples mais dits avec gravité sont restés ancrés dans ma mémoire à tout jamais. Paroles qui aident l’enfant à s’endormir en paix, malgré les ténèbres de la nuit qui l’environnent.
Déjà, mon Dieu, tu te manifestais à mon cœur comme un Dieu de paix.
Tu te proposais comme l’ami invisible, à qui nos jours et nos nuits appartiennent. Un Absent-mystérieusement-Présent à qui on peut s’adresser avec des paroles simples et confiantes.

2. Le nom de Dieu et de Jésus Christ ont résonné dans mon enfance à travers les histoires fantastiques, si belles et étranges, et si humaines de la Bible, lues en famille, après le repas du soir.
Déjà Dieu, Tu te faisais connaître comme un Dieu d’histoire. Un Dieu qui a pris le risque, étonnant et mystérieux, de te compromettre avec l’histoire des hommes. Tu n’as pas eu peur de te laisser enfermer dans notre langage et d’être déformé par nos projections humaines pour nous faire découvrir ton vrai visage.
Tu t’es engagé avec un tout petit peuple dans le vaste Moyen Orient, Israël, ton peuple chéri et rebelle. Par amour pour l’homme, tu es devenu homme, dans le rabbi Jésus de Nazareth, véritable fils d’Israël, ton semblable par excellence. Il est le visage le plus beau, le plus vrai, le plus transparent que nous avons reçu de Toi.
En lui, Tu t’es lié au sort de l’humanité à tout jamais, et par Son Esprit, Tu veux naître en chacun de nous.

3. Le nom de Dieu et de Jésus Christ ont travaillé mystérieusement mon cœur quand, enfant de 10 ans, je disais à mes copains que je deviendrais un jour pasteur, sans trop savoir pourquoi. Tu es le Dieu de l’Appel, le Dieu qui, depuis Abraham, ne cesse de nous appeler, en ayant besoin de nous. Ton Appel, Ton Amour nous précèdent toujours, comme une grâce qui vient d’ailleurs.

4. Le nom de Dieu et de Jésus Christ sont devenus pour moi, adolescent et étudiant, question, recherche, doute, défi intellectuel comme lorsque je me suis dit un jour : « Si Dieu existe vraiment, Il n’aura pas peur des mes interrogations sur Lui, ni de mes doutes, ni de ma liberté ni de ma révolte….S’Il existe vraiment il pourra accueillir et comprendre tout cela, et bien plus encore ! ». Tu es un Dieu qui a créé l’homme avec une intelligence créative et critique et Tu en es fier !
Tu nous attire vers Toi à travers ce que nous sommes : corps, âme, esprit et intelligence.

5. Le nom de Dieu et de Jésus Christ sont devenus pour moi une réalité vivante, promesse de vie, puissance de vie, vie plus grande que ma vie, source de joie, de fraternité, de paix qui ouvre à la vie, nouveau commencement et chemin, quête sans fin et combat de toute une vie, service des hommes et fête liturgique avec mes frères et sœurs en église…le jour où je T’ai ouvert mon cœur en me mettant à genoux devant Toi, dans l’église de Taizé, si cher à mon cœur…Aujourd’hui seulement, je mesure un peu et maladroitement, la grâce immense que tu m’as faite ce jour là, et tous les jours depuis.
Tu nous aimes comme un père, comme une mère, comme un frère, comme un serviteur humble et fidèle jusqu’à en mourir pour nous sur la croix…….pour nous ressusciter, avec le Ressuscité, à la vie sans fin, sans fond, sans mesure, qui existe en Toi.

6. Le nom de Dieu et de Jésus Christ sont devenus pour moi la porte ouverte vers les autres, vers mes frères et sœurs en humanité et en Eglise, porte ouverte qui ne sera plus jamais fermée. Parce que j’ai compris qu’il y a de la place pour tout être humain, dans le cœur de Dieu. J’ai compris que Dieu élargit mon cœur à la dimension infinie de Son Amour et cela, par le message et l’Esprit du Christ, accueilli et recueilli dans les Evangiles, chaque jour à nouveau. Il renouvelle, élargit, oui, habite mon cœur, malgré mes résistances, mes fermetures, mes hésitations, mes contradictions, mes aveuglements, mes lenteurs, malgré mon péché.

7. J’aime dire que je suis fier, comme chrétien, de porter le beau nom de Jésus Christ et que je n’ai pas honte de prononcer le nom si malmené de Dieu au milieu des hommes.
J’ai conscience que je vis dans une société qui rejette massivement son passé et son héritage chrétien.
Je m’engage à garder vivants le message, les paroles et les paraboles, les actes et les rencontres, la mémoire de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth, dans ce monde là, contre l’amnésie générale à son égard qui nous entoure.
Je suis toujours aussi heureux de rompre et de recevoir, au milieu du cercle des disciples, le pain et le vin, qui disent et donnent Sa Présence pour nous et en nous ; geste et paroles d’amour et de communion, en mémoire de Lui, comme Il l’a voulu.

8 Je m’engage à marcher fraternellement et résolument vers un monde meilleur avec tout homme et toute femme de bonne volonté, quelle que soit sa religion ou sa conviction. Je reconnais la présence et l’action de Dieu en tous ceux qui sont habités par la bienveillance envers ceux qui souffrent, autour de nous et au loin, et ils sont nombreux.

9. Je crois fermement que l’espérance et la santé de l’homme est de s’ouvrir à la réalité de Dieu, à son Esprit qui habite dans nos cœurs et qui porte l’univers.
Je crois avec l’Evangile et avec les chrétiens de tout temps que Jésus Christ est la porte par excellence vers la plénitude qui existe en Dieu. Porte à tout jamais ouverte…………
Je crois de tout mon cœur, de toute ma force, de toute mon âme et de toute mon intelligence dans la vie et le message du Christ comme une lumière qui peut éclairer tout homme et toute femme sur terre. Cette lumière illumine déjà de l’intérieure tout homme ou toute femme qui ouvre son cœur à la bonté et la compassion envers les autres et à la liberté d’être soi même.

10. Cela m’engage sur un chemin avec le Christ et avec vous, frères et sœurs en Christ, ici à Pente mont Luxembourg et au sein de l’Eglise universelle.
Chemin sous le signe de la joie, de l’amour fraternel envers tous et de la recherche commune et tâtonnante du Royaume. Recherche qui a comme horizon lumineux et mystérieux la victoire ultime de la Vie, déjà acquise en Jésus Christ, le Ressuscité.

A Toi, Dieu notre Père et à Jésus Christ ton Image et Fils par excellence, soient la Gloire, la Puissance et le Règne dans l’univers et dans notre cœur. AMEN

Il est bon de redonner son rôle à Dieu !

"Éternel, sois notre aide chaque matin, et notre délivrance au temps de la détresse !" (Livre du prophète Esaïe, 33:2) - Il est bon de redonner son rôle à Dieu ! - sms.jesus.fr